Portrait intime de Julie Masse

"Ne vous inquiétez pas! Vous devriez avoir de ses nouvelles d'ici peu", me confirme Isabelle, l'assistante de Julie Masse. Peu après, une voix familière se fait entendre. De bonne humeur, Julie se prête au jeu de l'entrevue avec le charme et la spontanéité qu'on lui connaît.

Que dirais-tu si on empruntait deux chemins tout à fait différents? D'abord, celui de ta tournée estivale, et, ensuite, celui qui mène chez toi?
Je suis d'accord!

Allons-y! Qu'est-ce qui te plaît le plus lorsque tu donnes un spectacle?
C'est de constater que bien des gens connaissent mes nouvelles chansons avant même que je les aies présentées sur scène. À mes spectacles, il y a environ le tiers des gens qui chantent avec moi des chansons qui ne tournent pas encore à la radio. Ça, c'est le fun!

Pendant ta tournée estivale, un événement particulier est-il survenu?
Le band qui assumait la première partie du spectacle terminait sa prestation, et mon entrée en scène était attendue lorsqu'il se mit à pleuvoir! Les 12 000 personnes présentes sont demeurées sous la pluie la durée entière de mon spectacle. La scène était surmontée d'un dais, mais une partie de la scène s'avançait dans la foule, et j'ai décidé d'y chanter sous la pluie!

T'arrive-t-il d'associer une de tes chansons à une ville où tu as donnée un spectacle?
Oui. Par exemple, la chanson Sans t'oublier, je l'associe à Sorel parce que c'est dans cette ville que je l'ai chantée en public pour la première fois. C'était peu de temps après le décès de mon père, et toute ma famille était présente. J'étais très émue. Dans le cas de la chanson Prends bien garde, je pense à Longueuil, à la période des mannes, à cette époque de l'année où on les retrouve par milliers le long du fleuve. C'était au cours d'un festival, je chantais sur scène et on tournait des séquences pour le clip de la chanson. Il y en avait tellement qu'on peut les voir dans le clip!

Après un spectacle, que fais-tu pour relaxer et te gâter quand tu trouves que tu as fait du bon boulot?
Je discute avec mon groupe. On échange sur les bons coups. Mais, ma gâterie, c'est une bonne nuit de sommeil de 10 heures.

Est-ce que ta maison te manque quand tu es en tournée?
Oui, j'aime beaucoup être chez moi. Je m'ennuie de cuisiner, je m'ennuie de mon bain!

Y a-t-il une pièce de ta maison que tu affectionnes particulièrement?
Mon salon. Non seulement parce que c'est la première pièce avec laquelle je suis en contact dès que je franchis les portes de ma demeure, mais parce que les aires ouvertes de cette pièce font que mon salon "respire". On dirait qu'il me souhaite la bienvenue.

Pour toi, Julie, qu'est-ce que l'intimité?
C'est un souper aux chandelles en compagnie de gens que j'aime beaucoup, et avec lesquels il n'est pas nécessaire de parler pour se comprendre. Il y a un courant qui passe...

Quel moment de la journée trouves-tu le plus propice à de tels échanges?
Le soir, autour d'une table, ou bien en faisant une promenade. Il faut que tu aies envie de connaître les gens de plus en plus, que tu veuilles investir du temps dans tes relations, en plus de sentir un respect mutuel. J'aime quand on est plusieurs à discuter et qu'on peut vraiment échanger.

Est-ce facile de devenir intime avec Julie Masse?
Je ne deviens pas intime facilement. Seulement avec mes bons amis. Je sélectionne les gens qui m'entourent. En spectacle, il y a tout de même une certaine relation intime parce que les gens me connaissent par les médias, par ce qu'ils ont vu, lu ou entendu sur moi. Ils connaissent mes chansons. Il y a une communication qui s'installe. Certaines personnes me parlent comme s'ils me voyaient à tous les jours. C'est à moi d'apprendre à connaître mon public. Les spectacles me permettent de développer cette relation.

Avec ta famille, que faites-vous lors de vos retrouvailles?
Nous allons chez mon frère. Nous appelons ma mère et quelques amis pour qu'ils viennent nous rejoindre. Nous jouons au billard, nous louons un film. Je joue avec ma nièce de 7 mois, Valérie, jusqu'à ce qu'il soit pour elle l'heure du dodo. Récemment, mon frère a reçu une "machine à boules" en cadeau, et, depuis, nous faisons des compétitions.

Et-tu toujours aussi friande de desserts?
Toujours! J'aime la tarte aux pommes et c'est moi qui la fait, mais elle ne dure jamais bien longtemps...

De qui tiens-tu la recette?
De maman, évidemment.

Y a-t-il d'autres gourmandises dont tu te délectes?
Oui, les betteraves marinées et les confitures. Près de chez moi, il y a une ferme, et on y vend toutes sortes de bonnes choses. Je t'avoue que j'ai fait honneur à leurs marinades. En peu de temps, le pot était vide.

On a suivi le chemin de ta tournée et celui qui mène à ta maison. À MusiquePlus, ces routes se croisent en un Concert intime?
C'est la première fois que je fais ce genre de spectacle. C'est un show très acoustique et sans grand déploiement. Nous avons axé le tout sur la beaulé des voix et la richesse du son des instruments. Et de plus, j'ai un contact vraiment intime avec mon public. J'adore ça!

TV 7 jours, 26 septembre au 2 octobre